LUCAS WEINACHTER

 

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner la ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.


Conversation nocturne – 130 x 130cm

 

 

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.

Est – Ouest – 140 x 140cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.


Par une nuit sans étoile – 130 x 130cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.


Castle – 130 x 130cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.

Après l’orage – 100 x 100 cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.

 


Dans le sens du vent – 100 x 100cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.

 

Trachéobionta – 100 x 100cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.

 

Trachéobionta II – 40 x 40cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.


Au loin II – 120 x 120cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.


En pente douce II – 140 x 140cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.


Sentinelle – 100 x 100cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.

 

Pré de la bataille – 40 x 40cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.


Talhadas – 50 x 50cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.


Crépusculaire II – 100 x 100cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.


Les jumeaux – 100 x 100cm

PAYSAGES 2020-21

Sur la ligne…

Des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.


Les veilleurs – 120 x 120cm

L’ARTISTE

Lucas Weinachter est un artiste français, né le 27 décembre 1959 en Lorraine, vit et travaille à Paris.

En 1980, il intègre l’école des beaux-arts, ou il étudie l’architecture jusqu’en 1982. Cette orientation qui est « un choix dirigé avec un père architecte » l’éloigne à peine de ses premiers penchants, puisque peintre et dessinateur d’origine, il prend simultanément au sein de l’école des beaux-arts, des cours de peinture à l’atelier de Vladimir Velickovic et éprouve la nécessité d’étudier l’anatomie.

Pour Lucas Weinachter, le dessin est l’outil avec lequel il interroge le monde, s’en empare avec une austérité, une intensité expressive qui ne cède en rien à la séduction. Son univers est aussi énigmatique qu’intriguant, aussi étrange qu’envoutant. Un univers poétique qui est baigné par la mélancolie, ce sentiment dont il dit : “j’aime la définition de la mélancolie dans la pensée antique : elle signifiait un état qui permettait de vivre, de se dépasser, de chercher un sens à sa vie. Ce que nous faisons tous. »

Si la peinture et le dessin sont ses premiers amours, c’est une rencontre avec l’artiste Louis Pons au début des années 80 qui déclenche chez lui le désir de développer un travail en volume, des assemblages qu’il enferme dans des boites, puis sous des globes de verre dans l’esprit des reliquaires et des cabinets de curiosités…

Il reprendra un travail pictural à la fin des années 90, qu’il ne commencera à exposer qu’à partir de 2004 avec un thème sur les végétaux.

Un travail où les végétaux se découvrent, comme couchés entre les pages d’un herbier. Lucas Weinachter nous fait partager sa vision d’un univers végétal, poétique et étrange

Sa maitrise du métier est aussi efficace dans son dialogue avec la réalité. Une réalité dont il cherche à percer le mystère. Il excelle autant dans les portraits, les thèmes de l’enfance ou la vanité que dans les paysages, les végétaux et l’architecture.

C’est sa technique et son dessin qui l’autorisent à aborder tous ces nombreux thèmes. Il travaille sur des supports qui placent son geste au cœur d’une même fragilité : papier de soie, papier de chine… Malmenés, brulés, chiffonnés, percés ou recousus grossièrement, des fils qui accompagnent son trait, entrent en résonnance avec son propos. Dans la délicatesse comme la sauvagerie.

Aujourd’hui, le travail rompt avec les thèmes précédemment explorés par l’artiste.

Avec des paysages de rêve… L’envie de retourner là ou l’histoire de rêve fantasmé s’est arrêtée et d’y rester.
La légèreté du trait nous donne cette impérieuse envie d’être au pied de ces arbres perdus dans des champs ou dans ces petites maisons isolées & mystérieuses. Ce choix du noir & blanc à la mine de plomb offre à ces nouvelles œuvres une aura intemporelle, comme pour la photographie, de celle que l’on retrouve longtemps après les avoir rangées dans des boîtes et qui font remonter de lointains souvenirs.

En savoir plus

Lucas Weinachter est un artiste français, né le 27 décembre 1959 en Lorraine, vit et travaille à Paris.

En 1980, il intègre l’école des beaux-arts, ou il étudie l’architecture jusqu’en 1982. Cette orientation qui est « un choix dirigé avec un père architecte » l’éloigne à peine de ses premiers penchants, puisque peintre et dessinateur d’origine, il prend simultanément au sein de l’école des beaux-arts, des cours de peinture à l’atelier de Vladimir Velickovic et éprouve la nécessité d’étudier l’anatomie.

Pour Lucas Weinachter, le dessin est l’outil avec lequel il interroge le monde, s’en empare avec une austérité, une intensité expressive qui ne cède en rien à la séduction. Son univers est aussi énigmatique qu’intriguant, aussi étrange qu’envoutant. Un univers poétique qui est baigné par la mélancolie, ce sentiment dont il dit : “j’aime la définition de la mélancolie dans la pensée antique : elle signifiait un état qui permettait de vivre, de se dépasser, de chercher un sens à sa vie. Ce que nous faisons tous. »

Lire la suite 

SES OEUVRES

LES 7 PECHES CAPITAUX

Parution pleine page dans les Arts dessinés N°10
(avril-mai-juin 2020)
p.120-127


La Paresse – 21 x 29,7cm

LES 7 PECHES CAPITAUX

Parution pleine page dans les Arts dessinés N°10 (avril-mai-juin 2020) p.120-127


La Colère – 21 x 29,7cm

LES 7 PECHES CAPITAUX

Parution pleine page dans les Arts dessinés N° 10 (avril-mai-juin 2020) p.120-127


La Gourmandise – 21 x 29,7cm

LES 7 PECHES CAPITAUX

Parution pleine page dans les Arts dessines N°10 (avril-mai-juin 2020) p.120-127


L’Avarice – 21 x 29,7cm

LES 7 PECHES CAPITAUX

Parution pleine page dans les Arts dessinés N° 10 (avril-mai-juin 2020) p.120-127.


L’Envie – 21 x 29,7cm

LES 7 PECHES CAPITAUX

Parution pleine page dans les Arts dessinés N°10 (avril-mai-juin 2020) p.120-127.


La Luxure – 21 x 29,7cm

LES 7 PECHES CAPITAUX

Parution pleine page dans les Arts dessinés N°10 (avril-mai-juin 2020) p.120-127


L’Orgueil – 21 x 29,7cm

L'ARCANE SANS NOM

DDessin Paris 2019 à l’espace Richelieu
Les corps tombent dans une chute sans fin et sans resistance, ils sont en lutte entre le bien et le mal, animés de vifs conflits intérieurs. Ce sont là, les signes de grandes transformations, de renouveau salutaire.

Un peu d’or pour demain – 40 x 30cm

L'ARCANE SANS NOM

DDessin Paris 2019 à l’espace Richelieu
Les corps tombent dans une chute sans fin et sans resistance, ils sont en lutte entre le bien et le mal, animés de vifs conflits intérieurs. Ce sont là, les signes de grandes transformations, de renouveau salutaire.

L’arcane – 37 x 25cm

L'ARCANE SANS NOM

DDessin Paris 2019 à l’espace Richelieu
Les corps tombent dans une chute sans fin et sans resistance, ils sont en lutte entre le bien et le mal, animés de vifs conflits intérieurs. Ce sont là, les signes de grandes transformations, de renouveau salutaire..

Rose d’effroi – 17 x 12cm

L'ARCANE SANS NOM

DDessin Paris 2019 à l’espace Richelieu
Les corps tombent dans une chute sans fin et sans resistance, ils sont en lutte entre le bien et le mal, animés de vifs conflits intérieurs. Ce sont là, les signes de grandes transformations, de renouveau salutaire.

Rouge – 26 x 17cm

L'ARCANE SANS NOM

DDessin Paris 2019 à l’espace Richelieu
Les corps tombent dans une chute sans fin et sans resistance, ils sont en lutte entre le bien et le mal, animés de vifs conflits intérieurs. Ce sont là, les signes de grandes transformations, de renouveau salutaire.

Place unique – 45 x 27cm

L'ARCANE SANS NOM

DDessin Paris 2019 à l’espace Richelieu
Les corps tombent dans une chute sans fin et sans resistance, ils sont en lutte entre le bien et le mal, animés de vifs conflits intérieurs. Ce sont là, les signes de grandes transformations, de renouveau salutaire.

Dans les bois sombres 52 x 59cm

L'ARCANE SANS NOM

DDessin Paris 2019 à l’espace Richelieu
Les corps tombent dans une chute sans fin et sans resistance, ils sont en lutte entre le bien et le mal, animés de vifs conflits intérieurs. Ce sont là, les signes de grandes transformations, de renouveau salutaire.

Les messagers – 64 x 25cm

L'ARCANE SANS NOM

DDessin Paris 2019 à l’espace Richelieu
Les corps tombent dans une chute sans fin et sans resistance, ils sont en lutte entre le bien et le mal, animés de vifs conflits intérieurs. Ce sont là, les signes de grandes transformations, de renouveau salutaire.

Le paradis n’est pas pour moi – 57 x 33cm

PAYSAGES & CONSTRUCTION 2019

Des paysages calmes ou désolés, représentent des arbres, des chemins, des usines ou des vestiges de lieux graves et chargés de mystères.

La fragilité des supports utilisés, le plus souvent du papier Japon naturel, léger, texturé & fragile sur laquelle la mine de plomb, le fusain ou l’encre de chine viennent laisser leurs empreintes. C’est la fragilité réelle de notre monde, mais le regard porté est loin d’être grave.

Si rien n’est parfait, ces paysages nous ouvrent un univers des rêveries possibles.


Les bois de Chanteloube I – 54 x 65cm


Les bois de Chanteloube II – 54 x 65cm


Avis de tempête – 17.5 x 12cm


La croix des Carmes II – 19 x 24cm


Fond d’hurle – 19 x 24cm


Au vent – 19 x 24cm

Révérence – 19 x 24cm


La croix des Carmes I – 19 x 28cm


Les jumelles – 100 x 200cm

Ephémère II – 130 x 160cm

Ephémère I – 130 x 160cm

Explosion – 200 x 200cm

Des paysages calmes ou désolés, représentent des arbres, des chemins, des usines ou des vestiges de lieux graves et chargés de mystères.

La fragilité des supports utilisés, le plus souvent du papier Japon naturel, léger, texturé & fragile sur laquelle la mine de plomb, le fusain ou l’encre de chine viennent laisser leurs empreintes. C’est la fragilité réelle de notre monde, mais le regard porté est loin d’être grave.

Si rien n’est parfait, ces paysages nous ouvrent un univers des rêveries possibles.

Thème à découvrir ici

COUSU MAIN

Nous entrons dans un thème ou le trait de crayon est toujours complété ou prolongé par des fils de coton à broder. Par l’ensemble de ses corps brodés, ici une synthèse de toutes les inspirations au cours des années, en passant des stigmates de l’enfance, aux réparations des corps & à l’homme-animal.
Ces fils en pointillés ou suspendus sont utilisés pour marquer les stigmates d’une vie qui se fait et se défait, les cassures a recoller, les imperfections à raccommoder, les anomalies à masquer, soulignant le propos, accentuant le mouvement… ce fil qui nous conduit naturellement à l’abandon, l’introspection mais nous ouvrent aussi par leur mouvement à l’univers des rêveries possibles & nous emmènent dans un imaginaire personnel qui donne plusieurs possibilités d’interprétation. Par ici pour cet univers

LES STIGMATES DE L'ENFANCE


L’ours & l’enfant
114 x 140cm

LES STIGMATES DE L'ENFANCE


Jeu de construction
130 x 158cm

LES STIGMATES DE L'ENFANCE


Chapeau pointu – 43 x 60cm

LES STIGMATES DE L'ENFANCE


La petite fille en jaune
29 x 41cm

LES STIGMATES DE L'ENFANCE


Bubble gum – 16 x 22cm

LES STIGMATES DE L'ENFANCE


Promenade canine – 43 x 60cm

SUR LE FIL


L’envol – 43 x 61cm

SUR LE FIL


Promenons-nous dans les bois
43 x 61cm

SUR LE FIL


Libellule II – 20 x 20cm

SUR LE FIL


Libellule I – 20 x 20cm

Nous entrons dans un thème ou le trait de crayon est toujours complété ou prolongé par des fils de coton à broder. Par l’ensemble de ses corps brodés, ici une synthèse de toutes les inspirations au cours des années, en passant des stigmates de l’enfance, aux réparations des corps & à l’homme-animal.
Ces fils en pointillés ou suspendus sont utilisés pour marquer les stigmates d’une vie qui se fait et se défait, les cassures a recoller, les imperfections à raccommoder, les anomalies à masquer, soulignant le propos, accentuant le mouvement… ce fil qui nous conduit naturellement à l’abandon, l’introspection mais nous ouvrent aussi par leur mouvement à l’univers des rêveries possibles & nous emmènent dans un imaginaire personnel qui donne plusieurs possibilités d’interprétation. Par ici pour cet univers

L'HOMME ANIMAL


Ramures III – 30 x 40cm

L'HOMME ANIMAL


Ramures IV – 30 x 40cm

L'HOMME ANIMAL

Le capricorne – 137 x 107cm

L'HOMME ANIMAL

Ramures – 83 x 63cm

A CORPS & A FIL


A corps & à fil II
45 x 100cm

A CORPS & A FIL


Le petit médaillé – 20 x 40cm

L'ANTI-CHAMBRE


L’anti-chambre VIII
20 x 30cm

L'ANTI-CHAMBRE


L’anti-chambre IX
20 x 30cm

REPARATIONS


Réparation III – 21 x 27cm

REPARATIONS


Réparation I – 21 x 27cm

ANATOMIE


La pensée – 52 x 72cm

ANATOMIE


La raison d’être – 52 x 72cm

PORTRAITS

Une série de portraits avec une altération, une perte d’identité à travers l’effacement de certaines parties du visage, les masquent qui cachent mais accentuent la blessure, la fragilité, le doute, la peur et la perte d’identité dans le regard de l’autre. …
Mais également un parallèle contemporain avec les « gueules cassées » de la grande guerre. Un travail sur des supports qui placent le geste au coeur d’une même fragilité : papier de soie, papier de chine… Malmenés, brulés, chiffonnés, percés ou recousus grossièrement, ils accompagnent le trait, entrent en résonnance avec le propos. Dans la délicatesse comme la sauvagerie. A découvrir ici


Colibri I. – 73 x 103cm

Colibri II. – 73 x 103cm

Regard sur le monde
60 x 73cm


Sauver le monde. – 60 x 73cm


L’homme oiseau II – 70 x 100cm


L’homme oiseau I – 70 x 100cm


L’homme oiseau III
70 x 100cm


L’homme oiseau IV


Sous le masque la tête de l’autre II
73 x 103cm

.


Sous le masque la tête de l’autre I
73 x 103cm
.

La tête de goliath I.
59 x 40cm

La tête de goliath II.
59 x 40cm

Les gueules cassées I
70 x 50cm

Les gueules cassées III
70 x 50cm

Les gueules cassées II
70 x 50cm

Les gueules cassées IV
59 x 40cm

Les gueules cassées V
59 x 40cm

Les gueules cassées VI
59 x 40cm


Le conseillé I – 97 x 130cm


Le conseillé II – 97 x 130cm


Eléonore – 114 x 146cm


Convalescence – 114 x 146cm


L’étranger II – 40 x 59cm


L’étranger I – 40 x 59cm


Le romantique – 55 x 72cm


L’homme aux hirondelles
70 x 100cm

 


Traits pour trait XVI
40 x 40cm


Traits pour trait I
40 x 40cm

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.

Acrylique – 20 x 30cm
2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.

Acrylique – 20 x 30cm
2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.

Acrylique – 20 x 30cm
2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.


Acrylique – 120 x 160cm
2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.

Acrylique – 120 x 160cm
2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.


Acrylique – 20 x 30cm
2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.


Acrylique – 20 x 30cm
2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.


Acrylique – 20 x 30cm
2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.


146 x 97cm
Acrylique sur papier marouflé – 2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.


146 x 97cm
acrylique sur papier marouflé – 2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.


100 x 100cm
Acrylique sur papier marouflé – 2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.


100 x 100cm
Acrylique sur papier marouflé – 2007

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.


160 x 60cm – Acrylique
2018

LES VEGETAUX

Vous entrez dans un univers végétal, poétique et étrange. Les fonds, réalisés à base de cendre ou de terre, « révèlent » le sujet-végétal & les fragments de végétaux collectés, séchés reviennent à la vie sous le pinceau.


160 x 80cm – Acrylique
2018

VANITE

La vanité est abordée par différents aspects qui touchent aussi bien à la vie terrestre contemplative qu’aux plaisirs des sens, à la richesse et au pouvoir.


L’éternel – 50 x 65xm
sérigraphie – 2006

VANITE

La vanité est abordée par différents aspects qui touchent aussi bien à la vie terrestre contemplative qu’aux plaisirs des sens, à la richesse et au pouvoir.


Cosmique I – 50,5 x 65cm
Encre de chine – 2011

VANITE

La vanité est abordée par différents aspects qui touchent aussi bien à la vie terrestre contemplative qu’aux plaisirs des sens, à la richesse et au pouvoir.


Cosmique II – 50,5 x 65cm
Encre de chine – 2011

VANITE

La vanité est abordée par différents aspects qui touchent aussi bien à la vie terrestre contemplative qu’aux plaisirs des sens, à la richesse et au pouvoir.


Cosmique III – 50,5 x 65cm
Encre de chine – 2011

VANITE

La vanité est abordée par différents aspects qui touchent aussi bien à la vie terrestre contemplative qu’aux plaisirs des sens, à la richesse et au pouvoir.


Cercle rouge II – 44 x 38cm
Mine de plomb & crayon – 2013

VANITE

La vanité est abordée par différents aspects qui touchent aussi bien à la vie terrestre contemplative qu’aux plaisirs des sens, à la richesse et au pouvoir.


Cercle rouge I – 44 x 38cm
Mine de plomb & crayon – 2013

VANITE

La vanité est abordée par différents aspects qui touchent aussi bien à la vie terrestre contemplative qu’aux plaisirs des sens, à la richesse et au pouvoir.


Illusions – 50 x 40cm
Acrylique crayon & pigment or – 2018

VANITE

La vanité est abordée par différents aspects qui touchent aussi bien à la vie terrestre contemplative qu’aux plaisirs des sens, à la richesse et au pouvoir.


Dualité – 21 x 15cm
Acrylique crayon & pigment or – 2018

VANITE

La vanité est abordée par différents aspects qui touchent aussi bien à la vie terrestre contemplative qu’aux plaisirs des sens, à la richesse et au pouvoir.


L’étoile rouge – 27 x 21cm
Acrylique – crayon & fil – 2018

EXPOSITIONS

EXPOSITIONS
& FOIRES
COLLECTIONS PRIVEES
& EDITIONS

REVUES DE PRESSE

Lucas Weinachter | Marie Claire maison #523 – février 2021
Reportage sur la décoration intérieure de l’appartement Parisien de la réalisatrice Christelle Raynal. Une oeuvre de Lucas Weinachter sur le thème « corps brodés » présenté au salon de DDessin 2017 y est photographié en couverture que l’on retrouve dans l’article P85. A lire ici

Lucas Weinachter | Les 7 péchés capitaux | Les arts dessinés #10 – avril 2020
Illustration en noir & blanc des 7 péchés capitaux par Lucas Weinachter dans le magazine des arts dessinés N°10 (avril-mai-juin 2020). Voir la parution

Lucas Weinachter | Galerie Linz | News Art Today
Découvrez en vidéo l’exposition « cousu main » à la Galerie Linz (Mai 2016). Voir la vidéo 

Lucas Weinachter | Les stigmates de l’enfance | Miroir de l’Art #73
Le dessin ici, comme un flash revenu des entrailles du passé… (Avril 2016). Lire la suite
Interview complète de Lucas Weinachter : à lire ici

Lucas Weinachter | Galerie Linz | News Art Today
Découvrez en vidéo l’exposition « Réparation » à la Galerie Linz (Février 2015).Voir la vidéo

 

Lire la suite

© 2022 – Lucas Weinachter – politique de confidentialité

@